Vrillettes, capricornes, lyctus, sirex…Les insectes xylophages peuvent se révéler catastrophiques pour les particuliers et professionnels. Nuisibles, ils grignotent et se nourrissent tranquillement du bois en vivant à l’intérieur pendant leur période larvaire jusqu’à leur métamorphose en adultes.  Ce qui peut durer plusieurs années. Sans traitement efficace pour les éloigner, ces petits invités indésirables peuvent ainsi être la source de dégâts irréversibles dans la charpente, les poutres et même les planchers. À l’extrême, les insectes xylophages peuvent complètement anéantir un bâtiment.

Insectes xylophages : qui sont-ils ?

Souvent confondus avec les termites qui cohabitent en colonie et raffolent des celluloses ainsi que les zones chaudes, humides et mal ventilées, les se présentent comme des nuisibles qui se nourrissent principalement du bois destiné à supporter les constructions humaines. Également appelés insectes du bois, ils sont répartis en deux catégories bien distinctes : les insectes xylophages qui se nourrissent du bois sec et ceux qui adorent le bois frais.  et ceux du bois frais.

Pour mieux s’en débarrasser, il est important de bien reconnaître la trace de leur présence et de les identifier. Voici les différents types insectes xylophages que vous pourrez héberger chez vous à votre insu :

Les vrillettes

Pourvues d’antennes en forme de massue, de six pattes, de deux mandibules et d’élytres poilus, les vrillettes sont de petits insectes trapus d’environ 3 et 5 mm de taille pour les petites (Anobium punctatum) et 6 à 9 mm pour les  grandes (Xestobium rufovillosum). Grandes ou petites, elles présentent une couleur jaunâtre et brun sombre. Lorsqu’elle pond, la vrillette s’installe bien au chaud dans votre maison et laisse sur son passage près de 200 petits œufs qui se transforment en quelques jours en de petites larves poilues de couleur crème.

Particulièrement friandes des habitations inondées ou présentant des problèmes d’infiltration, les larves des vrillettes se régalent également du bois des meubles, de charpente ou de parquet. En fonction des espèces, les larves vont s’attaquer à différents types de bois. Les bois d’œuvre plutôt humides ou ramollis par des champignons pour la grosse vrillette. Tandis que la petite préfère les meubles et les œuvres d’art. Au fur et à mesure qu’elles grignotent, de petits trous apparaissent dans le bois. Ils s’accompagnent généralement d’un petit tas de vermoulure en surface.

Les capricornes des maisons

De forme aplatie, les capricornes sont de petits insectes d’environ 1 à 2 cm de long de couleur brune. Si les capricornes sont assez inoffensifs à l’état adulte puisque leur espérance de vie dépasse rarement les deux semaines, les femelles peuvent pondre une centaine d’œufs dans les fissures du bois. Une fois transformés en larves, ces derniers vont grignoter le bois, creuser des galeries et rendre les structures des maisons vulnérables. Les larves de capricorne ont un goût prononcé pour les résineux comme le pin, l’épicéa et le sapin ainsi que les endroits chauds et secs.

Il s’agit ainsi d’un terrible ravageur du bois qui peut mettre entre 3 à 10 ans pour se développer. Et tout au long de leur transformation, elles vont faire des trous dans les poutres, les lambris et menuiseries. À noter que chaque jour, une larve de capricorne peut progresser de 10 mm. En quelques années, elle peut ainsi mettre en grand danger une charpente. Raison pour laquelle, il est important de détecter sa présence le plus vite possible et de tendre attentivement l’oreille. D’autant que cette espèce est d’une discrétion exemplaire et ne laisse aucune trace de sa présence.

Le lyctus

On retrouve en France deux espèces de lyctus, le  lyctus brun d’Amérique et le lyctus linearis qui tend petit à petit à disparaître. Le lyctus brun présente une  silhouette mince et une jolie robe rouge. D’environ 2,5 à 8 mm de long,  ce petit diable adore les bois azotés, neufs et très riches en amidon. Il est particulièrement friand du chêne, châtaignier, noyer, cerisier, frêne, orme, du robinier ainsi que certains bois tropicaux feuillus.

Lorsqu’ils sont bien installés chez vous, ils creusent des galeries discrètes en suivant les veines du bois. Ce qui les rend très particulièrement difficiles à détecter.

Le charançon du bois

Entre 2,5 à 5 mm de long, le charançon du bois dont l’espèce la plus connue est le s’attaque à tout type de bois En effet, sa petite larve de couleur crème que l’on reconnaît facilement à sa forme en C mangue de tout mange tout bois sec ou bois vert.

Le sirex

De 2 à 3 cm, les larves de sirex font partie des plus grosses larves en Europe. Ses larves à six pattes sont les ennemis numéro 1 des bois plutôt anciens. Chacune pouvant creuser jusqu’à 25 cm de galerie. À noter que la femelle pond directement dans le bois en laissant sur son passage un petit trou.

Comment détecter la présence d’insectes xylophages ?

Pour se débarrasser de manière pérenne des insectes xylophages, il faut être attentif aux différents signes qu’ils laissent sur leur passage. En effet, même si la plupart des insectes xylophages restent très discrets, il est tout à fait possible de les détecter avec un peu d’observation. À noter toutefois que les signaux peuvent apparaître des années après l’infestation. Dans tous les cas, voici les indicateurs à ne surtout pas manquer :

Les trous dans le bois

Si vous remarquez des petits orifices ronds ou ovales avec des abords nets sur les bois constituant la charpente, les poutres ou le plancher de votre maison, vous pouvez vous attendre à trouver des insectes xylophages. Ces trous servent de sortie des galeries aux insectes adultes.

La sciure de bois

La sciure de bois est  la poussière de bois résultant des mouvements que fait le xylophage adulte pour creuser les trous de sortie. Si vous remarquez des trous remplis d’amas de farine de bois, vous pouvez être sûr que des vrillettes femelles sont passées pour déposer leurs larves. En donnant un coup de marteau au niveau des trous, vous pourrez constater l’ampleur des dégâts.

L’état du bois

Des fissures et des crevasses, un montant qui devient mou… la détérioration générale de l’état du bois peut également indiquer la présence des insectes xylophages.

Les autres signes

La détérioration du plancher, la présence d’insectes morts ou les allées et venues des insectes adultes peuvent également sonner l’alarme d’une infestation de xylophages dans votre maison.

Par ailleurs, les traces peuvent être différentes en fonction de l’espèce de xylophage :

  • Les larves de vrillettes peuvent laisser de petites galeries de différentes tailles , qui suivent plus ou moins les veines du bois. Certains peuvent être très étroits tandis que d’autres sont plus larges. En surface, les entrées de ces tunnels forment des trous de différentes tailles en fonction de l’espèce. Les petites vrillettes forment des trous de 1 à 2 mm  accompagnés de petits tas de vermoulure. Les grosses quant à elles laissent des trous de 2 à 4 mm et remplissent leurs tunnels de déjections granuleuses en forme de lentilles.
  • Les capricornes quant à eux percent directement le bois pour y pondre leurs œufs On retrouve à l’intérieur du bois des larves qui creusent des tunnels qui suivent avec minutie les cernes de croissance du bois. Des trous de formes ovales entre 6 à 10 mm de diamètre signalent en surface l’entrée des galeries. Ils sont dissimulés par de la farine de bois et des déjections beiges claires des larves qui forment de petits tonnelets. Bien qu’elles soient particulièrement discrètes, en tendant l’oreille, vous pourrez repérer les petits bruits que les larves de capricorne font lorsqu’elles creusent avec leurs mandibules.
  • Les larves du charançon du bois peuvent creuser des galeries étroites et irrégulières en se nourrissant petit à petit de la cellulose et en avançant progressivement vers le cœur du bois. On peut les repérer aux petits trous en surface qui signalent l’entrée des galeries.
  • Pour le lyctus, les trous qu’il forme pour entrer dans les galeries ne font pas plus d’un millimètre de diamètre et sont de forme ovale.

Bon à savoir

Le pic épeiche est particulièrement friand des insectes xylophages.  Si ce petit oiseau au plumage noir, blanc et rouge s’intéresse à votre habitation en piquant la surface du bois de son bec, il s’agit là d’une alerte de la présence de ces petits insectes chez vous.

Comment se débarrasser des insectes xylophages et leurs larves

Outre l’intervention d’un professionnel en désinsectisation qui est fortement conseillé en cas d’infestation d’insectes xylophages à l’état adulte ou à l’état larvaire, vous pouvez tenter d’éliminer vous-même ces hôtes indésirables. Dès que vous détectez la présence de ces nuisibles, un traitement curatif s’impose dans les plus brefs délais. Il s’agit des produits  à base de xylophène qu’il faudra appliquer sur les éléments de la construction du bois.

Pour une bonne pénétration du produit, il faudra préalablement procéder au bûchage de toutes les parties ravagées puis brosser le bois. L’application du produit peut se faire par pulvérisation, badigeonnage au pinceau ou injection. Pour cette dernière, il faudra absolument porter des équipements de protection adaptés tels des gants et un masque. À noter que les produits utilisés sont assez dangereux pour la peau et fortement toxiques. Si vous n’avez aucune expérience dans la désinsectisation, mieux vaut contacter un professionnel.

Dans tous les cas, pensez à bien suivre les instructions d’utilisation du produit. Aussi, pour une meilleure efficacité, il est important de renouveler le traitement insecticide deux fois en respectant au moins 24 h d’intervalle entre les applications. 

Bon à savoir

Des alternatives naturelles comme la Patine de l’indien  peuvent se révéler très efficaces pour lutter contre l’invasion des insectes xylophages.

Call Now Button