Il existe deux types d’assemblage de charpente : l’assemblage traditionnel et l’assemblage dit “moderne” caractérisé par la présence de connecteurs en métal. Il est aussi possible de composer des assemblages de charpente en bois. C’est ce qui se fait le plus souvent en menuiserie.

Faisons le point sur les différentes techniques d’assemblage en découvrant quels outils et méthodes sont utilisés de nos jours. Nous en saurons plus sur les types d’efforts supportables (ou non) par la charpente en bois.

Quelques exemples d’assemblage de charpente en bois

L’assemblage de charpente en bois aide à la mise en place de structures faites de bois. En faisant travailler cette matière dans le sens où sa résistance est la plus grande, on maximise la résistance des charpentes.

Ainsi, différentes sortes de liaisons et jonctions sont réalisables. Les données relatives aux dimensions et à l’épaisseur de chaque pièce constituant la charpente seront énoncées dans le cahier des charges. Parmi les diverses techniques d’assemblage de charpente en bois, nous retrouvons :

  • l’assemblage tenon-mortaise ;
  • l’assemblage par enture ;
  • l’assemblage par embrèvement ;
  • l’assemblage moisé ;
  • l’assemblage mi-bois.

Cette liste n’est pas exhaustive : des techniques d’assemblage, il en existe une multitude. La seule différence d’un assemblage à l’autre tient dans la résistance de la charpente. Un professionnel suggérera des possibilités d’assemblage différentes selon la taille et le but du projet de construction.

Notez bien que l’assemblage tenon-mortaise est absolument prohibé pour toute construction en extérieur. Dans une terrasse ou une pergola, l’eau est bien plus susceptible de s’immiscer dans la mortaise. On se retrouve alors avec un souci d’humidité puis d’infiltration d’eau. C’est ce qui arrive généralement en cas de pluies tempérées à fortes.

Étant donné que la mortaise empêche l’eau de s’évacuer correctement et complètement, elle finit par stagner. Ceci peut faire que le bois de la charpente pourrisse puis fragilise la construction. Pour tous vos travaux extérieurs, préférez d’autres types d’assemblage ou bien l’utilisation de tiges filetées.

Monter et assembler une charpente

Les connecteurs utilisés pour l’assemblage de la charpente en bois

L’assemblage de charpente en bois est privilégié pour sa grande résistance aux efforts de compression. L’ossature de ce type de construction prend en compte un élément avant tous les autres. Sa résistance a une limite définie et il ne faut jamais l’atteindre au risque de gros dégâts.

Elle se base sur ce qu’on appelle le système de ferme triangulé. Ce système empêche la déviation de l’ouvrage grâce à sa forme triangulaire, garantie de robustesse. Une sorte de pente est aussi créée pour faciliter l’évacuation de l’eau.

Un désavantage reste néanmoins à déplorer : la taille des pièces de bois. En multipliant les fragments constituant la charpente, une surcharge de bois est épargnée. Nous avons alors recours à différents types de connecteurs dont :

  • des sabots de liaison ;
  • des sabots de charpente ;
  • des équerres renforcées ;
  • des pieds de poteaux.

En plus de ces critères déterminants dans la stabilité de la structure, les assemblages viennent rajouter de l’esthétisme à l’ensemble de la construction. Pour cette raison, ils doivent toujours être peaufinés jusqu’au moindre petit détail.

Call Now Button